Dans mon indépendance, j’ai trouvé un équilibre. Très engagée pour des causes qui me tiennent à cœur, j’ai réussi, grâce à l’indépendance, à trouver du temps pour m’engager tout en maintenant un train de vie agréable.

Vivre aligné avec mes valeurs.

Mon engagement, je le vis au quotidien, dans mes deux métiers. Pour moi, l’important c’est d’être présente pour les autres, de rendre leur quotidien meilleur, d’écouter l’humain qui se trouve en face de moi. En cabinet, mon travail devenait compliqué, je n’étais plus en accord avec mes valeurs. Aujourd’hui, je choisis mes clients, fais valoir mes convictions. En devenant indépendante, j’ai retrouvé un équilibre entre mon engagement et ma vie professionnelle.

« C’est plus facile de travailler avec des gens qui partagent tes valeurs. Avec mon mari, nous avons monté notre cabinet d’indépendants. Aujourd’hui, nous sommes fiers de promouvoir des relations humaines et managériales qui nous correspondent. »

L’engagement : Considérer un individu dans sa totalité.

En conseil

En cabinet de conseil, la relation entretenue avec ses clients ne repose pas sur des questions de valeurs. Le but est commercial. Entre consultants, on ressent une réelle pression. Nos équipes savent ce qu’elles veulent en termes de delivery et de lead. Le rapport humain, les soft-skills, passent en second plan. Le but n’est plus de connaître son client, d’avancer avec, de l’accompagner et surtout, de créer une relation de confiance. En restant en cabinet tout en faisant les choses à ma manière, je me sentais déshumanisée, à rebours de tous.

Aujourd’hui, en tant qu’indépendante, je considère mes clients comme des personnes à part entière pas simplement comme des contrats. Mon engagement est humain et citoyen. Je réponds à leurs besoins, et je m’engage pour des valeurs : Il faut que la mission me corresponde, qu’elle ait du sens.

En cours de mission, il peut arriver que mon approche perde de son sens. Si c’est le cas, je l’articule et, avec le client, nous décidons de la suite ensemble.

En entreprise

En tant que manager : j’ai tendance à faire vivre mon style de management. Mon but est que chacun se sente bien, à sa place, et participe à son échelle. Je cherche à ce que chacun participe à l’évolution de l’autre, qu’ils se tirent vers le haut, grandissent. Avoir le sentiment de manager dans une atmosphère respectueuse, des gens qui sont heureux d’être là, c’est plus qu’un accomplissement. 

En tant que salarié : imposer son style de management, ce n’est pas toujours simple. Toutes les entreprises ne sont pas ouvertes à cela. Cependant, l’humain aura naturellement tendance à se rapprocher des gens qui fonctionnent comme lui en partageant des valeurs de collaboration.

Virginie Indep & Engagement

L’indépendance pour vivre de son engagement.

Un parcours engagé n’est pas toujours viable. Étant une femme dans un environnement masculin, j’avais besoin de m’exprimer d’autant plus fort et d’autant mieux. J’étais contrainte et c’était difficile de faire valoir mes idées. Aujourd’hui avec mon statut d’indépendantes, je suis libre de ma parole et de mes convictions. Je peux parler librement à mes clients.

Indépendante et maman.

C’est super d’avoir des femmes qui s’engagent et qui prennent des responsabilités, d’évoluer dans un environnement paritaire, mais que se passe-t-il lorsqu’une femme devient maman ? Chez moi, la parité a disparu dès que je suis tombée enceinte : est-elle fatiguée ? va-t-elle devoir partir plus tôt ? comment va-t-on faire pendant son congé maternité ? Et j’en passe…

Dans la politique la parité ce sont des mots. Un engagement est un don de temps, sans limites. L’engagement devient dévorant, et rapidement invivable en tant que femme. Alors j’ai décidé de dire non. Je me suis engagée à mi-temps, et aujourd’hui j’ai le bonheur de voir mon enfant grandir, je suis disponible pour lui et cela n’a pas de prix. Les jours où je suis à mon compte, je suis complètement alignée avec mes valeurs, mes actions, je suis bien. Aujourd’hui, j’ai aussi besoin de mon activité salariée pour avoir de l’impact et une stabilité financière.

Un conseil.

De façon pragmatique, lorsque l’on s’engage, il faut diviser son salaire par 2 ou 3. J’ai fait ce choix. À l’époque, j’étais directrice dans l’industrie. J’ai divisé mon salaire par 2,5. Je ne regrette pas mon choix.

Je suis engagée et mon travail de salariée me plaît. Dans quelques jours, je vais faire une mission sur deux jours, pour plusieurs milliers d’euros. Elle représente plus que mon salaire mensuel, et grâce à cela, je peux m’engager sur un projet passionnant, peu rémunéré et vivre à Paris avec mon fils !

Virginie - Independante.
L’indépendance vous tente ? Vous avez besoin de conseil, d’accompagnement ?