Zoom sur Natacha Robilliard qui a décidé, il y a quelques mois, de se lancer en tant que consultante indépendante. Elle nous raconte ici tous les détails de cette aventure qui vous tente peut-être aussi.  

Indépendante, salariée, entrepreneure… En dix ans de carrière, j’ai changé plusieurs fois de statut. Il y a six mois j’ai pris la décision de me lancer à mon compte, en devenant consultante indépendante en stratégie, transformation, gestion de projets et marketing.

C’est un tel bonheur d’avoir retrouvé ma liberté, de choisir mes clients, mes missions, mon rythme… Bien sûr, je n’ai pas sauté le pas du jour au lendemain. Cela m’a pris plusieurs mois de réflexion, de discussions avec d’autres consultants indépendants et de rencontres avec des acteurs du secteur, avant de me lancer.

J’espère sincèrement que si vous pensez vous aussi à sauter le pas, ou si vous cherchez juste pour le moment à mieux comprendre ce statut, l’article ci-dessous vous sera utile.

Comment je suis devenue consultante indépendante ?

Après des études à l’ESSEC, j’ai débuté ma carrière en tant que consultante en cabinet au sein de Capgemini Consulting : j’appréciais le métier mais je n’arrivais pas à me projeter à plus long terme au sein d’un cabinet. Il faut dire que l’envie d’entreprendre me titillait depuis mes années étudiantes. Je me suis donc lancée dans un projet entrepreneurial de négoce de matériel agricole. J’ai ainsi retrouvé les fondamentaux du business : vendre (beaucoup !) et gérer sa trésorerie. Je me sentais indépendante, opérationnelle, un parfait complément à ce qui me manquait en cabinet. Mais, même si l’entreprise était rentable, il était difficile de sortir deux salaires pleins (j’étais associée avec mon frère), et l’appétence sectorielle n’était pas tout à fait là…

Un chasseur de tête m’a alors contactée pour me proposer un poste de Stratégie et de Transformation dans une entreprise de prêt-à-porter reprise par un nouveau fonds d’investissement. Le projet m’enthousiasmait, un mix parfait entre mes deux expériences précédentes. J’ai occupé ce poste pendant plusieurs années, le temps d’accomplir ma mission.

Ensuite, qu’allais-je faire ? Sous quel format ? Je me suis vite rendu compte que je n’arrivais pas à me projeter dans les postes salariés que l’on me proposait : trop routinier à mon goût. Relancer une nouvelle entreprise ? Je n’avais pas vraiment d’idées business… Ce que je savais, cependant, c’est que j’avais de vraies compétences à proposer aux entreprises, que je ne voulais pas m’engager en CDI, et que je voulais garder mon indépendance.

Quelques amis s’étaient lancés entre deux postes en tant que consultants indépendants, j’ai donc commencé à me renseigner sur ce fameux statut, ses avantages et ses inconvénients, le type de missions que je pourrais faire. Quelques mois plus tard, me voilà !

Comment j'ai vaincu mes craintes ?

Je me suis posée beaucoup de questions :

J’ai répondu à chacune de ces interrogations en échangeant avec des acteurs de l’écosystème : des consultants indépendants lors d’évènements réseaux, des plateformes de conseil indépendant telles que WEEM, et bien sûr un spécialiste du portage salarial et un comptable. Quelques entretiens ont finalement suffi à lever mes doutes.

J’ai choisi de créer ma société Narobi Consulting : une SASU parce qu’elle correspondait le mieux à mes besoins financiers du moment. Créer une société ne m’a jamais fait peur. Il y a des exemples de statuts sur Internet, les formalités administratives y sont décrites et simples : rassembler quelques documents et compléter un formulaire Cerfa : en une après-midi, c’était fini !

Ma plus grande appréhension était la prospection commerciale : je n’avais pas envie de me vendre ni de passer des heures en rendez-vous prospection. J’ai trouvé une solution pratique pour y remédier : les plateformes qui sont des apporteurs d’affaires et de véritables partenaires pour aider à développer son activité. Elles jouent les intermédiaires entre clients potentiels et consultants indépendants.

Comment j'ai sauté le pas

Ce qui m’a permis de me décider, c’est tout simplement l’envie de retravailler ! Après le départ de mon ancien travail salarié, j’ai pris quelques mois de vacances bien mérités. J’ai assez vite eu envie de me confronter à de nouveaux enjeux business. J’avais vaincu mes craintes concernant le statut d’indépendant, il ne me restait plus qu’à faire le grand saut :

1. Référencement

J’ai d’abord commencé à me faire référencer par plusieurs plateformes en envoyant simplement mon CV ou en les rencontrant.

J’ai aussi commencé à en parler à mon réseau proche. Cela a bien fonctionné : on m’a proposé rapidement des missions très intéressantes, pour des clients pertinents et sur des problématiques variées, avec un niveau de rémunération adéquat. Cela m’a tout de suite encouragé !

2. Création 

J’ai donc ensuite créé ma société, Narobi Consulting, je savais qu’elle serait utile rapidement.

3. Souscription 

J’ai ensuite passé deux étapes indispensables : j’ai négocié les honoraires comptables et contracté une responsabilité civile professionnelle auprès de mon assureur. C’était parti !

4. Lancement 

Quelques semaines plus tard, je commence ma toute première mission en tant que consultante indépendante. Je n’arrête pas depuis. Ma période de transition entre deux missions me permet à la fois de prendre des congés et de développer des projets personnels. Je donne par exemple des cours auprès d’étudiants en Bachelor Marketing.

Un conseil pour celles qui hésitent à se lancer ?

Echangez le plus possible, avec des indépendants et des plateformes pour leur poser toutes vos questions. Ils vous feront avancer dans vos réflexions et vous aiguilleront sur vos questions opérationnelles !

"Si c’était à refaire ? Je pense que je n’aurais pas attendu aussi longtemps avant de me lancer !"

L’indépendance vous tente ? Vous avez besoin de conseil, d’accompagnement ?