Le conseil indépendant attire de plus en plus de talents de haut niveau. Chez WEEM, nous sommes fiers d’animer une communauté de talents indépendants que nous avons sélectionnés pour leur savoir-faire et leur savoir-être. Nous fêtons aujourd’hui notre 1000ème consultante !

Découvrez aujourd’hui le portrait de Marine, la millième consultante WEEM, qui a un parcours international, engagé en faveur de l’éducation et des femmes.

Sa formation :

Intéressée par une multitude de domaines, Marine intègre l’École Normale Supérieure de Cachan après deux ans de classes préparatoires Lettres et Sciences Sociales (B/L). Elle se spécialise en sociologie économique et théorie des organisations avant de compléter sa formation par le Master Affaires Publiques de Sciences Po Paris.

À la suite de plusieurs stages, elle réalise qu’elle préfère évoluer dans le secteur privé et notamment dans un univers plutôt entrepreneurial, si bien qu’elle intègre le Mastère Entrepreneurs d’HEC Paris, où elle rédige sa thèse sur l’évolution digitale de la presse écrite.

« J’ai grandi dans une famille d’entrepreneurs, je me suis rapidement beaucoup intéressée aux nouvelles technologies et aux nouveaux business modèles numériques et digitaux. »

Marine Buclon-Ducasse

Son parcours :

Elle débute son aventure professionnelle au siège du groupe Vivendi où elle est membre d’une petite équipe spécialisée dans l’innovation et la stratégie des médias et des télécommunications. Elle s’occupe de la veille stratégique et des analyses approfondies des opportunités d’innovation et de croissance pour Vivendi. Et elle présente ses recommandations au Comité exécutif de Vivendi.

« Les sujets étaient très intéressants, mais nous étions beaucoup dans la recommandation et très peu dans l’action. »

Souhaitant évoluer vers un rôle plus entrepreneurial et opérationnel, elle part au Brésil. Sa mission consiste à lancer Wengo, une plateforme de mise en relation avec des experts, filiale du groupe Vivendi. Elle arrive dans un nouveau pays, seule, où elle va recruter une équipe locale, s’occuper des questions juridiques et fiscales, des sales et du marketing digital.

Elle saisit ensuite l’opportunité de rejoindre un fonds local de venture capital en tant qu’Investment manager, pour analyser de nouvelles opportunités d’investissement dans les secteurs de la technologie et de l’éducation, avant d’évoluer vers un rôle d’Entrepreneur in Residence pour les entreprises du portfolio.

Entrepreuneure :

C’est lors de cette expérience qu’elle commence alors à s’intéresser au système éducatif brésilien, structurellement très inégalitaire. Ses recherches la conduisent progressivement à creuser l’idée d’ouvrir une crèche au Brésil.

« L’éducation était un sujet structurant pour le Brésil. II n’y avait presque pas d’offre éducative ou scolaire pour les enfants de moins de 6 ans. J’ai donc commencé à étudier l’opportunité d’ouvrir des crèches là-bas mais aussi dans d’autres pays. L’analyse de différents marchés, mais aussi la rencontre avec des investisseurs britanniques nous a conduits à nous lancer finalement au Royaume-Uni où le secteur de la petite enfance est plus mature et majoritairement privé. L’objectif était de renouveler l’expérience des familles et de renforcer les liens existants entre personnel et parents. Plutôt que de lancer une crèche à partir de rien, nous avons procédé par acquisitions successives, pour finalement constituer un groupe de plus de 10 crèches en 4 ans. »

Elle s’occupe de trois volets pour Kindred Nurseries qu’elle a cofondée : levée de fonds et acquisitions, intégration opérationnelle des crèches et développement du produit et de la marque.

Pourquoi l’indépendance :

Un enfant et 4 ans plus tard, elle quitte opérationnellement l’entreprise pour devenir indépendante afin de retrouver une liberté qu’elle avait perdue au fur et à mesure de la croissance de son entreprise, mais aussi pour avoir plus de flexibilité, l’opportunité de se former, et d’appréhender d’autres aspects du secteur l’éducation et de la formation.

« Le business était devenu un peu business as usual et ce n’était plus la phase qui m’intéressait. J’ai choisi de devenir indépendante pour explorer différentes choses, et j’ai commencé à collaborer progressivement avec des entreprises principalement dans les secteurs du digital, de l’éducation et de la formation entre Londres et Paris. J’ai travaillé avec de grandes écoles, des boîtes de formation, des entreprises de coaching. J’ai également accompagné l’entreprise Switch Collective en tant que DG par intérim pendant plus d’un an. »

Elle reviendra par la suite définitivement en France, toujours avec l’envie de rester indépendante.

Pourquoi WEEM :

Après avoir quitté la France pendant 8 ans, Marine décide de rentrer et doit reconstruire son réseau. Plusieurs consultants indépendants de son entourage lui recommandent WEEM pour trouver de nouvelles missions.

« Beaucoup m’ont dit qu’ils passaient par WEEM car c’est une plateforme avec une vraie communauté. Je suis indépendante, mais j’aime collaborer avec d’autres personnes. L’idée de pouvoir échanger avec des indépendants aux problématiques similaires est particulièrement attractive dans le contexte de mon retour en France ».

#LESINDEPENDANTES

Très engagée pour la cause féminine, Marine a créé le groupement brésilien de l’association internationale Girls in Tech en 2013, et a aussi dirigé HEC Women UK pendant 2 ans, un groupe d’alumni proposant des conférences, du mentorat et des contenus pour les diplômées d’HEC Paris.

WEEM s’engage aussi pour le développement de la place des femmes dans le conseil freelance, notamment au travers des indépendantes, une communauté de femmes qui soutiennent les femmes freelances ou en devenir à mieux s’orienter dans ce choix professionnel

logo weem
Vous aussi vous souhaitez devenir indépendant ? Vous avez besoin de conseils, d’accompagnement ? Contactez-nous !